Quel est le type de parquet le plus solide ?

La solidité d’un parquet ne peut être facilement définie. En effet, plusieurs critères tels que la résistance à l’humidité, la résistance à l’usure ou la longévité doivent être pris en compte pour déterminer la solidité d’un parquet. Par ailleurs, la durabilité dépend de la méthode de conception, de l’essence, de la finition, de l’entretien et de la fabrication même du revêtement de sol.

Voici les principaux éléments à prendre en compte pour tester la solidité d’un parquet.

L’épaisseur

Pour savoir si un parquet est assez solide, il est primordial de se référer à l’épaisseur du parement. Le niveau d’épaisseur doit être choisi en fonction de l’importance du trafic de la pièce. Pour les pièces avec un fort passage, l’épaisseur du parement doit être élevée. A savoir que l’épaisseur des lames du parquet varie entre 2,5 mm à 7mm. Mais il existe des lames de parquet plus fines que 2,5 mm et plus épaisses que 7 mm.

 

Le classement d’usage

Basé sur le classement UPEC, le classement d’usage est un indice qui permet de déterminer les caractéristiques d’un parquet. Pour ce faire, il faut se référer à l’usage (U), au poinçonnement par le mobilier statique ou mobile (P), à l’étanchéité (E) et à la résistance aux agents chimiques (C). Le niveau de résistance est défini de A à D selon la solidité du bois. Pour les pièces avec un fort passage, les parquets classés  C sont les plus adaptés. En apprendre plus sur les classements d’usage à travers ce PDF.

 

L’indice de dureté

La dureté est un critère important pour déterminer la solidité d’un parquet. Chaque essence de bois a une dureté différente, définie en fonction de la croissance naturelle de l’arbre. La dureté du bois est mesurée grâce au test Brinell. Ce test consiste à lancer une bille de 500g sur une hauteur de 1 cm à 1m50 sur la latte de parquet. L’indice de dureté Brinell est ensuite calculé à partir de la taille de l’empreinte laissée sur le bois.

Plus le bois est dur, plus l’indice de dureté Brinell est élevé. Pour les pièces à fort trafic ou avec accès à l’extérieur, il est conseillé de choisir un bois ayant un indice de dureté élevé. Il y a également la dureté de Monnin. Cette méthode consiste à mesurer la profondeur de l’empreinte laissée par une forme cylindrique sur laquelle est appliquée une force donnée.

Comment choisir la largeur des lames de parquet ?

 

Quels sont les parquets les plus résistants ?

L’épaisseur, le niveau de résistance et l’indice de dureté permettent de savoir quelles essences de bois sont les plus solides. En ce qui concerne les parquets, les gammes classées B, C et D comprennent les bois durs, et la catégorie A, les plus tendres.

Parmi les bois mi-durs, on peut distinguer : le chêne, le hêtre, ou encore le bambou. Par contre, l’acacia, l’Olivier et le wengué font partie des bois durs. Et les bois très durs comprennent l’Ipé, le palissandre ou encore le Jabota.

La densité et la dureté sont étroitement liées, donc si le bois est lourd, il sera probablement dur. Vous pouvez connaître la dureté d’un bois en se référant au nombre et à la profondeur des gouges creux de la lame compte tenu de son âge et de son utilisation.

Quel est le meilleur type de parquet ?

Tableau comparatif de la solidité des parquets

Voici un aperçu des essences de bois les plus populaires pour les parquets et leurs duretés Monnin (sur une échelle allant de 0 à 15) :

Essence de bois Dureté
Parquet en Ipé 14
Parquet en Cumaru 13
Parquet en Jatoba 10
Parquet en Padouk 8,5
Parquet en Doussié 7,4
Parquet en Merbau 6,4
Parquet en Chêne 3,5
Parquet en Acajou 1,9

Notre article sur les différentes essences de bois pour parquet vous sera très précieux pour faire votre choix.